Blog_header_newdesign

    DERNIERS ARTICLES

    Retour à l'accueil

    Comment devenir intrapreneur grâce au groupe VINCI ?

    Devenir-intrapreneur-chez-Leonard-avec-VINCI

    1 boîte, 1 concept est une web-série thématique sur la mise en avant de concepts atypiques développés par les entreprises.

    Que ce soit pour optimiser leur marque employeur, recruteur de nouvelles personnes ou tout simplement pour le bonheur de leurs employés, les entreprises testent de plus en plus de nouveaux concepts pour répondre à leurs besoins.

     

    Zoom sur VINCI qui a développé le concept d'intrapreunariat chez Leonard.

     

     

    Leonard est la plateforme d’innovation et d’accélération des business de VINCI. Leur objectif ? Fédérer une communauté d'acteurs pour construire ensemble la ville de demain.


    Nous sommes partis à la rencontre de Samir, dont son entreprise Trust[In] : Connecting Talents, a été incubée chez VINCI, et Nathalie, l’une des personnes en charge du projet intrapreunarial de la firme.
    Focus sur une nouvelle méthode RH qui fait de plus en plus parler d’elle.

     

    Une boite un concept - Vinci - HD

    Lien de la vidéo

    #1 : Pouvez-vous vous présenter tous les deux ?

    Samir : Bonjour, je suis Samir Bengelloun HR business partners chez VINCI.

    J’ai créé le business Trust [In] : Connecting Talents après avoir été incubé et accéléré sur le parcours intrapreneur chez Leonard.
    Mon précédent métier n’avait rien à voir puisque j’étais footballeur professionnel. J’ai beaucoup de fierté quant à ma reconversion que j’ai effectué il y a 7 ans maintenant, grâce à VINCI qui m’a ouvert les portes et qui m’a recruté exclusivement pour mes soft skills.

    Nathalie : Bonjour je m’appelle Nathalie et je suis directrice des programmes innovants à Leonard.
    J’accompagne des collaborateurs et des collaboratrices de l’entreprise qui veulent développer un nouveau business.
    J’ai toujours été dans des postes de développement et ça me plait beaucoup.
    Etre curieuse, aller chercher des idées, s'intéresser aux tendances du marché et surtout voir comment est-ce que l’on peut les intégrer dans le groupe VINCI.

     

    #2 : Samir, pourquoi participer au projet Léonard ?

    Samir : J’ai tout de suite voulu participer au parcours intrapreneur Leonard l’ayant immédiatement vu comme une vraie chance de vivre cette expérience et surtout pouvoir devenir potentiellement le prochain Mark Zuckerberg de chez VINCI (rire, NDLR).

    J'avais depuis un moment dans le coin de ma tête une petite idée pour pouvoir disrupter un peu la fonction RH et notamment le recrutement.


    Leonard m’a permis d’avoir un espace pour pouvoir m’exprimer et proposer mon idée qui aujourd’hui s’est transformée en business donc j’en suis très content.
    J’ai également participé au parcours intrapreneur de Leonard car j’arrivais à 4, 5 ans dans l’entreprise VINCI et il me permettait de sortir des codes classiques de l’entreprise et d’assouvir mes besoins entrepreneuriaux.

    Au bout de 5 ans dans l’entreprise, dans cette période-là, on arrive à la fin d’un cycle d’un poste, et on commence à se poser des questions en terme d’évolution.

     

    J'avais cette idée qui me trottait dans la tête depuis plusieurs mois et je me suis dit “ça y est, c’est le bon timing” pour me challenger personnellement, moi qui viens du monde du sport et notamment du football.
    C’est complètement en adéquation avec mes origines et mes capacités intrinsèques. L’âme entrepreneuriale, je l’ai naturellement, c’est aussi la raison pour laquelle j’ai décidé d’intégrer le parcours.

     

    #3 : Nathalie, qu’est-ce que ça apporte aux collaborateurs ? D’où vient l’Intrapreunariat ?

    Nathalie : Il y a avait toute cette effervescence des starts-up et on voyait bien qu’au sein même de notre propre groupe, nous avions plein de collaborateurs qui avaient des idées mais qu’ils n’arrivaient pas à les transformer. Pourquoi ? Parce que ce n’était tout simplement pas leur coeur de métier !
    Le comité exécutif a alors voulu développer ce parcours intrapreneur pour qu’on aille chercher dans les zones dites “frontières” entre plusieurs métiers des potentiels de business.


    Vinci-NathalieCes collaborateurs aujourd’hui, ont réussi à développer de nouvelles idées, de nouveaux business autour de l’économie circulaire, de la gestion des ressources humaines, plein de choses qui n’auraient probablement jamais vues le jour sans ce parcours.
    Parce qu’on leur a laissé la liberté d’aller explorer en externe et en interne, et c’est ce champs d’action qui a fait la différence.


    Je pense que ça apporte aux collaborateurs une énorme liberté d’action, ils ont le temps et les ressources dédiées pour être accompagnés dans la partie business.
    Eux ont l’expertise, la motivation et l’envie. L’intuition j’ai envie de dire. C’est une approche qui est donc différente. Ça leur apprend aussi une certaine posture, la posture d'entrepreneur, pour oser risquer et y aller, s’ouvrir.


    Je suis super heureuse et fière quand je vois les intrapreneurs au début et à la fin, je me dis “wow” quelle évolution ! J’ai envie d’acheter leur produits et leurs services ! J’ai envie de miser sur eux !
    Le collaborateur va apprendre des compétences, il va être capable de regarder tout sujet, toute problématique, d’une autre façon.
    Il va d'abord aller chercher quel est le besoin avant d’aller dire “moi j’ai une idée, c’est ça qu’il faut mettre en place parce que j’y crois.”


    Il va également, de par son exposition, apprendre comment se présenter, et comment aller demander, en développant en parallèle des techniques de networking. Pour moi, on ne peut réussir que si on arrive à embarquer un maximum de gens, donc il faut aller chercher les gens.

     

    #4 : Samir, qu’est-ce que cela t’a apporté humainement et professionnellement parlant ?

    Samir : Le parcours Leonard m’a apporté énormément de choses, à la fois humainement et professionnellement.
    Je ne pourrais pas tout vous énumérer maintenant. Ce qui est en revanche certain, c’est que j’ai monté en compétence et j’ai gagné confiance en moi.


    À partir du moment où l’on commence à proposer une idée qu’on a pondue nous-même, qu’on l’a présentée devant un comité de sélection, devant des investisseurs, forcément on prend confiance en soi et on se sent sur un petit nuage. Ça c’est le premier point.
    Humainement parlant cette expérience-là est unique. On n’a pas souvent l’occasion de pouvoir travailler en mode “projet”.


    Tout seul au départ, puis entouré de coachs et de mentors intrapreneurs, on nage dans un écosystème qui nous permet de réaliser son projet de A à Z. Quand on arrive à la fin (même si ce n’est jamais vraiment la fin) ce qui est super intéressant, c’est que ce n’est que le début d’une nouvelle aventure. En parlant du projet autour de moi, je me rends compte que j’ai beaucoup de chance.

     

    espace leonard-devenir intrapreneur-groupe vinci

    #5 : Nathalie, que se passe-t-il après 8 mois d’incubation ?

    Nathalie : À la fin du parcours (4 mois d’incubation/4 mois d’accélération), soit, il a réussi à prouver l'utilité de son business au sein de VINCI et on lui fait une place dans le groupe.


    Soit, ce business unit nécessite plus de ressources externes. À ce moment là, on fait ce qu’on appelle un spin-off, c’est à dire qu’on va ouvrir le capital, aller faire des levées de fonds externes, et progressivement, VINCI va devenir minoritaire et la boite va devenir une start-up classique.


    Enfin, la troisième issue possible, est tout simplement l’arrêt du projet. Dans ce cas, les collaborateurs vont changer de missions au sein de VINCI en continuant à être des références sur ce qu’ils ont développé pour capitaliser sur leur retours d’expériences.

     

    #6 : Samir, quels conseils donnerais-tu aux candidats de la prochaine promotion ?

    Samir : J’ai envie de vous répondre qu’il y en a pleins !
    Si vous êtes prêts à prendre des claques, à être systématiquement challengé sur tout ce que vous allez faire. Si vous sentez que vous avez cette âme-là, je vous recommande le parcours Leonard.
    Le fait de travailler dans un nouvel écosystème qu’on ne connaît pas, et qu’on ne maîtrise pas, avec des coachs, des mentors, des entrepreneurs qui vous expliquent que créer un projet en partant d’une feuille blanche, c’est un parcours qui est semé d’embûches. Forcément, on apprend tous les jours.
    Alors on prend plein de claques, parce qu’on pense naïvement que notre idée, une fois qu’elle est lancée, sera la même à la fin. Or, ce n’est pas forcément le cas, c’est d’ailleurs la raison parfois pour laquelle il y a des pivots.


    Vinci-SamirProfessionnellement parlant, on progresse au jour le jour. Ne serait-ce que pour faire un pitch, ne serait que ça c’est la base. Comment expliquer son idée pour qu’elle soit comprise en 1 minute, en 30 secondes, en 5 minutes ? Comment convaincre un investisseur potentiel ?


    On peut aussi parler de la rencontre de gens dans cet univers, comme certain patrons de start-up, des directeurs généraux de grands groupes.
    Par exemple, j’ai eu la chance de rencontrer le DG de Microsoft France.

     

     

    Tout ça fait que professionnellement, on progresse et après ces 18 mois, on en sort grandit, fort, même si on est encore loin de la finalité du projet.

     

    #7 : Samir, sans le Projet Leonard, serais-tu resté chez VINCI ?

    Samir : En toute transparence, autant se dire les choses, je me posais des questions. J’étais en plus, au moment où Leonard est sorti, en train d’évoluer sur ma fonction.
    J’avais un poste de HR business partner auprès d’une population. On se pose toujours la question “qu'est qu’on a envie de faire ? Où est-ce qu’on a envie d’aller ?”. Leonard et mon poste étaient deux trajectoires différentes. Donc oui, quand on se pose ce genre de questions, on regarde ailleurs.


    Néanmoins, le parcours intrapreneur m’a redonné la motivation pour rester encore 10 ans chez VINCI voir même plus. Alors je ne sais pas si je resterai encore 10 ans, en tout cas on m’a donné toutes les cartes en mains pour rester encore un moment dans l’entreprise.


    “Au bon moment, au bon endroit”, c’est exactement ce qu’il s’est passé avec le parcours Leonard.

     

    Merci à Samir et Nathalie et au groupe VINCI, pour cette belle interview !

     

     

    Découvrez d'autres web-séries de Wan2bee :

     

    Portrait atypique

    Ton Métier dans 20 ans

    1 boîte, 1 concept 

     

     

     

    Site internet de Leonard

    Site internet de Vinci

     

    Rendez-vous au prochain concept innovant !

     

    @wan2bee / @Images : Wan2bee / Lieu : Espace Leonard du groupe VINCI

    Web series
    | 28 janvier 2020| By Wan2bee

    Laisse un commentaire