Blog_header_newdesign

ARTICLES LES PLUS LUS

DERNIERS ARTICLES

Retour à l'accueil

Et si je prenais ma retraite à 30 ans ?

ENTETE_PRENDRE-SA-RETRAITE-A-30-ANS

 

Notre génération, "biberonnée" aux CDD à temps partiel douteux, aux burn-out et même désormais, au “bore-out”, se surprend bien souvent à rêver à sa retraite avant l’heure.


Entre les diplômes aux contenus indigestes, les jobs aux noms interminables, à la culpabilisation permanente d’être ce que nous sommes, au manque de sens face à la mentalité et mode de consommation actuel, n’avons-nous pas raison d’y songer ?

 

 

C’était encore un de ces lundi.

C’était encore un de ces lundi, ceux aux pas maladroits et levés du pied gauche, le regard vague devant la Nespresso de l'open-space. Le calendrier n’est guère plus excitant que ladite machine.

Aujourd’hui ? Quatre réunions interminables dont trois inutiles.

Conclusion : il est 10h30 et je rêve de quitter mon job et partir rejoindre la tribu amazonienne affiché sur le seul poster du mur en crépi de la salle de repos.

 

Relativisons.


Un : le mur n’est pas en crépi.
Deux : le poster est moche.
Trois : mon travail n’est pas si désagréable.
Conclusion : tout quitter et partir vivre de soleil et d’eau turquoise, qui n’en a jamais rêvé !

Mais est-ce possible ? Mais surtout, en ai-je vraiment envie ?

 

La recette pour tout quitter à 30 ans

Rappelons-le : l’âge légal de ta retraite est actuellement fixé à 62 ans. Oui, la vérité te rattrape vite. Mais alors, exit Bali et tes espoirs d’évasion ?

 

Pas si vite.

 

De l’autre côté de l’Atlantique, une tendance a pointé le bout de son nez depuis les années 2000. L’idée ? Prendre sa retraite à 30 ans.

Baptisée “early retirement”, la recette magique est assez simple : récolter le maximum d’argent, vivre avec le minimum pour économiser puis, enfin, partir. Une trentaine d’années plus tôt que la moyenne.

 

Cette idée a vu le jour dès 2009 à l’occasion d’une conférence TED de Stefan Sagmeister  (vidéo) : “Le pouvoir du temps libre”. Il explique avoir décidé d’aller à l’encontre du schéma classique qui veut que l’Homme doit passer ⅓ de sa vie à subir un métier qu’il déteste.

Comment ?

Tout simplement en s’accordant une année de retraite toutes les sept années de travail.

De nombreux blogs américains ou allemands fleurirent alors autour du sujet. Le plus notable est celui de Mr Tako, qui a atteint son objectif : prendre sa retraite à 38 ans ! 
Actuellement son compte bancaire est crédité de trois millions de dollars et il perçoit annuellement 53 504 dollars de dividendes.
Comment en est-il arrivé là ? Il explique avoir mis de côté la moitié de ses revenus (100 000 dollars annuels) jusqu’à parvenir à économiser, avec son épouse, plus de 2 millions de dollars.

 

A LIRE : Our Next Life : le blog d'un couple de retraités à 38 et 21 ans ! 

 

Dans la même lignée, Justin Mc Curry, père de famille, raconte son histoire à travers les différentes étapes franchies pour atteindre son indépendance financière. Désormais, il prodigue ses conseils sur la gestion de son portefeuille pour pouvoir, comme lui, profiter d’une vie sans patron lunatique, sans collègues à l’humour lubrique, sans odeurs de transpiration dans des bureaux trop étroits.


Chez nous, le mouvement s’appelle le « Frugalisme ».

Mais cela va plus loin que jouer les pingres. Le frugal refuse le consumérisme et n’achètera que ce dont il a besoin dans l’optique de le garder le plus longtemps dans la durée. Il fuit l’obsolescence programmée et l’hyper-connexion. Prônant un mode de vie saint, trouvant l’Eldorado et le bonheur à travers l’autonomie financière.

Sur le papier tout cela semble magique. En écrivant, ces lignes je m’imagine déjà avec ma fourche travaillant mon potager solaire dans l’Ardèche.

 

Oui mais… 

 

INTERNE_prendre-sa-retraite-a-30-ans

 

Retraité à 30 ans : utopie de hippie ?

Le fond du problème : trouver le véritable bonheur.

Retrouver les plaisirs simples de la vie sans dépenses superflues.
Dans une société de surconsommation dans laquelle l’ego prime, en sommes-nous vraiment capables ?

 

Prendre sa retraite à 30 ans ne se décide pas sur un coup de tête mais est bien un choix de vie décidé et anticipé des années auparavant.

 

Quel est l’objectif ? Quitter le monde du travail (même le babyfoot) aussi vite que possible, s’affranchir des contraintes professionnelles et d’une certaine dépendance financière.

 

Nous ne prenons pas notre retraite à 30 ans dans le but de se nourrir d’Oréo et de jouer à Call Of Duty. Détrompe-toi. Ces retraités « anticipés » le fuient et ne sont pas impérativement des illuminés ou, au contraire, des “fils à papa” capricieux des beaux quartiers parisiens. Ils sont plutôt lucides et réfléchis, et font souvent partie des classes moyennes, voire supérieures.

 

Contrairement aux stéréotypes, la finalité ultime de cette retraite est, plutôt, d’assouvir ses passions, de voyager, de profiter, de sortir des sentiers battus d’une société de consommation qui nous aliènent.

Sortir de la vie “active” ne veut donc pas nécessairement dire adopter une vie “passive”.

 

Pourquoi ?

 

Car le pire cauchemar serait de finir épuisé à 60 ans. Après avoir travaillé dans un centre d’appel en attendant une retraite de misère dont nous profiterons à peine car notre santé payera les frais des années de nos durs labeurs.

 

INTERNE_prendre-sa-retraite-a-30-ans-2

 

Retraite à 30 ans : inspiration =/ échappatoire ?

Cela reste un concept théorique.

Il est compliqué de s’imaginer franchir un cap aussi grand quand nous mettons souvent trois heures à choisir notre menu du midi.

Changer radicalement nos moyens de consommation pour des résultats arrivant dans plusieurs années ? Impossible de lancer un projet sans en voir la couleur rapidement.

En revanche, changer des petites choses de notre quotidien pour pouvoir partir en voyage chaque année est largement possible.

Inspirons-nous de ces blogueurs retraités en insufflant ce concept, surréaliste, mais honorable, dans notre quotidien.

Se lancer dans le Do It Yourself, économiser en créant soi-même ses produits ménagers, planter des légumes sur son balcon, chercher les bons plans peu chers.

Autant de choses que nous pouvons réinjecter dans notre vie, sans pour autant déposer sa lettre de démission n’est-ce pas ?

 

A LIRE : les 15 étapes pour prendre sa retraite anticipée 

 

Au lieu de fuir le milieu professionnel à la quête du bonheur pourquoi ne pas faire l’effort de le trouver dans la Société même ?

 

Au final, cette volonté de retraite anticipée est le miroir d’une génération désabusée face au monde du travail. Au-delà de la réussite professionnelle, elle cherche un accomplissement personnel et un sens à ce qu’elle est. Pour cela, elle se nourrit de lectures, de musiques, de films, de séries, de jeux-vidéo pour trouver le bonheur… Et préfère prendre ses distances avec le monde du travail plutôt que de se voir rejeter par lui.

 

Comme en amour, c’est le “Fuis moi je te suis” du monde professionnel.

 

Mais alors, le bémol dans tout ça ?

Nous pouvons émettre des doutes quant à une éventuelle perte du lien social (oui, ton travail reste un vecteur de socialisation). Nous risquons de se déconnecter, ou au contraire, rencontrer une communauté voulant également sortir des clous de la société.

Nous pouvons y voir une occasion de réaliser ses rêves, de se rendre utile à la société en devenant bénévole, en montant sa propre entreprise, qui sait ?

En travaillant pour soi-même.


En attendant, je vais corriger mon article et me servir un double expresso.

 

Sources :

Money.cnn.com

Money.cnn.com

Blog-emploi.com

Ladn.eu

Chasseursdastuces.com

Welcometothejungle.co

Society N°90 Septembre 2018 « Plus d’un tiers des gens estiment que leur boulot ne sert à rien »

 

@Wan2bee / @Images : Shutterstock / Wan2bee

 

Tendance
| 16 janvier 2019| By Wan2bee

Laisse un commentaire

    CONSEIL DU JOUR

    NEWSLETTER