Blog_header_newdesign

ARTICLES LES PLUS LUS

DERNIERS ARTICLES

Retour à l'accueil

Médecine 3.0 : dangereuse ou salvatrice ?

blog - article - wan2bee - blog.wan2bee - robot - robotisation - machine - automatisation - médecine - médecin - docteur - hôpital - santé - futur - futuriste - chirurgie - chirurgien - imprimante 3D - maladie - digitalisation - digital - numérique - évolution - expérience - recherche - maddykeynote - maddyness - maddy keynote - 2084 - data - bien-être - souffrance - souffrir - peur - mort - mourir - esthétique - pillules - médicaments - prescription - infirmière - remède - métier - recrutement

 

Comment allons-nous être soigné demain ? Que va dorénavant apporter la médecine à l’homme ? La santé n’est-elle pas l’un des premiers facteurs d’inégalité mondiale ?

 

Après de brèves réflexions présentées à la MaddyKeynote sur notre vie en 2084, nous décidâmes de pousser nos recherches sur la médecine du futur à travers ses solutions, ses remèdes et ses métiers.

 

 

La médecine, secteur au bouleversement perpétuel  

Secteur très vaste et complexe, il serait compliqué de le résumer en un seul article. Tentons alors d’être concis.

Secteur de disruption par excellence, chaque avancée est espérée avec hâte par les patients et les médecins. Mais il est aussi l’un des plus controversés.

Éthique, moralité, bien fait, coût des traitements et des médicaments.Tout est sujet à débat et interprétation.

 

La médecine ne cherche pas qu’à soigner, elle améliore les conditions de vies, gomme à présent les défauts et, rêve ultime des géants du web comme Larry Page un des fondateurs de Google, cherchent à nous rendre immortel.

En y réfléchissant, peu importe son évolution, la médecine ne cherche qu’à répondre à des besoins primaires que nous avons scindés en trois gros axes : bien-être : avec soi et les autres ; la peur de souffrir et la peur de la mort.

Mais avant ça, parlons de ce qui est en train de redistribuer toutes les cartes : la data.

 

Préambule : les datas, un besoin dangereux ?

La Data et ses méthodes basées sur l’analyse d’information est en train de révolutionner le monde, et ce, dans tous les domaines de nos vies. Mais dans le domaine de la santé, qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

A l’heure où beaucoup parle d’une quatrième révolution industrielle, comment celle-ci s’applique-t-elle à ce secteur ?

 

Concrètement, Le Big Data a déjà commencé à stocker vos données dans des serveurs ; gardant en mémoire votre dossier médical et divers informations vous concernant.  Permettant ainsi, une coordination des soins.

En analysant les données de milliers de patients, cela va permettre une nouvelle classification des pathologies, comme les cancers, à l’instar de maladies plus spécifiques dont les thérapies sont plus ciblées.

Le croisement de ces données développerait aussi le rapport entre mode de vie et maladie. Des bracelets et autres objets connectés de surveillance aideraient les patients à adopter un mode de vie toujours plus sain. Le traitement des données personnelles permettrait d’améliorer, entre autre, la prévention. Et de répondre  à la question : qui tombe malade et pourquoi ?

Demain, la data s'immiscera dans les technologies en temps réel et fera partie intégrante et permanente de notre quotidien.

 

Voici quelques exemples de métiers liés à celles-ci qui arriveront dans les années à venir :

 

|

|

Algomédiceur

Concepteur d’algorithmes pour l’aide à la décision (Il sélectionne les datas pour confectionner des programmes d’aide à la décision pour les médecins)

|

|

Datacorpiste

Il est le spécialiste de l’exploitation des données corporelles (Il sélectionne et vérifie les performances enregistrées des données corporelles)

|

|

Numératin

Il est en charge d’adapter les objets connectés aux besoins des patients et la transmission des données aux médecins

|

|

Numéropathe

Praticien qui soigne les dommages causés par l’abus du numérique comme une phobie sociale ou les troubles du sommeil

 

blog - article - wan2bee - blog.wan2bee - robot - robotisation - machine - automatisation - médecine - médecin - docteur - hôpital - santé - futur - futuriste - chirurgie - chirurgien - imprimante 3D - maladie - digitalisation - digital - numérique - évolution - expérience - recherche - maddykeynote - maddyness - maddy keynote - 2084 - data - bien-être - souffrance - souffrir - peur - mort - mourir - esthétique - pillules - médicaments - prescription - infirmière - remède - métier - recrutement

Bien être : avec soi et les autres

C’est une poupée, qui fait non non non…

La fin du XXe siècle a vu l’émergence de nouvelles techniques de chirurgie purement esthétiques permettant de changer une partie de son corps, que l’on aime ou que l’on accepte pas. Si, de prime abord, l’intention était louable et a permis à plusieurs personnes d’effacer leurs complexes, la technique a aussi connue de nombreux abus. Une nouvelle standardisation du physique est d’ailleurs déjà fortement présente en Corée à travers des visages sans expression, voire identiques.

Cela n’était que la genèse.

 

Si depuis quelques temps, on peut choisir le sexe, et même la couleur des yeux de son enfant, les divisions houleuses dû à la bioéthique ne font que commencer.

Un nouvel eugénisme d’enfants sur-mesure pointe le bout de son nez, et avec elle des disparités physiques et sociales encore plus grandes. Et avec lui,  un nouveau rapport au narcissisme dont on ne sait encore rien.

La singularité physique existera-t-elle encore dans deux décennies ? Rien n’est moins sûr.

Merci Gutenberg

|

|

En 2015, la Food and Drug Administration (FDA), a autorisé la commercialisation du Spritam, premier médicament fabriqué grâce à une imprimante 3D.

 

L’imprimante 3D a fait son entrée dans la scène médicale à l’aube des années 2000.

Elle apporta une aide non-négligeable aux personnels soignants avec l’impression de nouveaux plâtres, prothèses et même de tissus du foie en 2015. Elle copie même, de mieux en mieux, la peau pour les grands brûlés ou accidentés.

Ces capacités vont s’étendre de manières exponentielles envisageant des copies de plus en plus proches de l’original et, à terme, imprimer cœurs, poumons et n’importe quels autres organes du corps humain.

Mais ce n’est pas tout.

L’imprimante 3D va pouvoir également imprimer médicaments et pansements en temps réel !

Oubliez les boîtes de médicaments périmés, place aux machines qui impriment en temps réels des médicaments personnalisés, s’adaptant à des dosages très précis.

Nous allons mettre le pilulier à la poubelle. Quid des pansements. Une blessure ? La 3D imprimera un pansement cicatrisant.

 

 

Quelques métiers liés à ce secteur :

 

|

|

Genogrameur

Coach en programmation génétique d’un bébé. Programme votre bébé

|

|

Genothicien

Éthicien qui anticipe les dérives liées au décryptage du génome (dérive des modification génétique)

|

|

Nudgeur

Concepteur de coups de pouce pour améliorer notre santé. Il imagine des recettes et des thérapies pour que les patients prennent soins d’eux même ex : sport sur ordonnance

|

|

Corcepteur

Concepteur d’organes de remplacement : le corcepteur est un maker de l’humain. Il utilise une imprimante 3D pour fabriquer des tissus et organes

 

blog - article - wan2bee - blog.wan2bee - robot - robotisation - machine - automatisation - médecine - médecin - docteur - hôpital - santé - futur - futuriste - chirurgie - chirurgien - imprimante 3D - maladie - digitalisation - digital - numérique - évolution - expérience - recherche - maddykeynote - maddyness - maddy keynote - 2084 - data - bien-être - souffrance - souffrir - peur - mort - mourir - esthétique - pillules - médicaments - prescription - infirmière - remède - métier - recrutement

La peur de souffrir

Il est difficile de souffrir comme il est difficile de voir quelqu’un souffrir.

Ainsi, notre empathie nous a poussé à développer des soins prodiguant des réductions de la douleur.

De manière générale, les pathologies viennent avec l’âge or, notre espérance de vie augmente chaque année d’approximativement trois mois.

La question est donc, comment pouvons-nous rendre ces maladies non seulement guérissables mais aussi, supportables ? Et si l’une des solutions étaient déjà à portée de main ?

PAN-PAN VROOM-VROOM

Ah ! Les jeux vidéo ! Souvent décriés, ils sont déjà utilisés comme traitements et s’avèrent assez performants en matière thérapeutique.

Ils sont d’ailleurs déjà employés pour, rééduquer les victimes d’accidents cardio-vasculaires, les dépendances (drogues, alcoolisme…) ou atténuer les stress post-traumatiques.

Lors de la Maddykeynote 2019, nous avons pu tester l’application VR My rêve pour soigner les phobies qui s’est révélée être très efficace.

De plus, des études ont montré qu’un enfant malade jouant à un jeux vidéo lors d’un épisode de forte douleur utilise deux fois moins la pompe à morphine qu’un autre.

 

Allons plus loin maintenant.

Bientôt, nous pourrons micro opérer les patients entrant dans un monde en réalité augmentée pendant que des robots chirurgiens effectuerons des opérations précises et parfaites (via des gestes programmés par les chirurgiens).

Les robots ne tremblent pas, ne fatiguent pas et ne sont pas assujettis aux émotions. Les cicatrices sont alors plus petites et cicatrisent plus vite.

La douleur est alors quasi-absente.

 

Mais assez parlé du futur, retournons dans le présent et observons des avancées

significatives dont on parle peu :

 

|

|

|

Des cellules “gourmandes” pourront réduire l’obésité : 641 millions d’obèses dans le monde. Présentes en faibles quantités dans notre organisme, des cellules brûlent de l’énergie pour produire de la chaleur. L’Institut de biologie Valrose (Nice) ambitionne d’en produire in vitro et de les transplanter chez les personnes obèses pour accroître leurs dépenses caloriques. Les essais sur les rongeurs sont déjà probants.

|

|

Posés par des chirurgiens en cas d’infections chroniques, des implants diffuseront des antibiotiques directement sur leur cible : 25.000 euros l’implant au lieu de 150.000 euros d’hospitalisation.

|

|

Des nanoparticules cibleront mieux les radiothérapies : 60% des patients atteints d’un cancer sont traités par radiothérapie.

 

 

Tant de projets développés grâce à l’automatisation et la robotisation, les professionnels ne cessent de développer des solutions pour améliorer la situation des malades :

 

|

|

|

Les rayons traversent des tissus sains qu’ils peuvent endommager et on n’est jamais sûr que le malade a reçu la bonne dose au bon endroit. Mais à travers la nano médecine, les chercheurs ont trouvés la solution : injecter dans la tumeur, des nanoparticules programmées en laboratoire au cœur même des cellules malades sans dommage collatéral

|

|

|

Avec plus de 5 millions de malades en France, le diabète est un fléau dont la douleur et l’inconfort des injections est en passe d’être résolus par le contrôle d’un pancréas artificiel qui pilotera le traitement des diabétiques. Composé d’un capteur mesurant la glycémie, d’une pompe perfusant l’insuline et d’un algorithme capable d’interpréter les données du capteur pour calculer la quantité d’insuline à injecter

|

|

|

Une équipe de l’hôpital universitaire de Nice a annoncé le dépistage précoce du cancer du poumon par une prise de sang.publiés dans la revue scientifique américaine Plos One. Cette simple prise de sang permettrait de détecter, des années avant que le cancer ne soit visible avec les techniques classiques d'imagerie, la présence de cellules tumorales circulantes qui jouent le rôle de sentinelles.

|

Des chercheurs américains et néerlandais travaillent sur le dépistage du cancer du sein à partir d’un test respiratoire

 

A LIRE : Détection alzheimer avec une IA

 

Métier lié à ce secteur :

 

|

|

Jeurontologue

Développeur de dispositifs ludiques soignant différentes pathologies (dégénérescence, dépression autisme) 

 

La peur de la souffrance vient avec la peur de mourir et même si nous avançons à pas de géants vers des vies toujours plus longues, qu’en est-il pour les prochaines épidémies ?

Et si les machines étaient à la fois nos sauveuses et nous bourreaux ?

Souvent, elles apparaissent dans un milieu jusqu’ici inviolé. Or la perturbation d’un environnement comme la déforestation pourrait pousser les pathogènes infectieux vers de nouveaux hôtes ? Quoi de mieux que ceux ayant détruits le précédent ?

Liste non-exhaustive des maladies qui devraient prochainement arriver sur le « marché » :

 

|

|

|

|

|

|

|

|

|

|

|

|

Zombiquisme : syndrome des individus présents physiquement et absents mentalement.

Robophobie : phobie des robots.

Zappite : crises d’ennui provoquées par l’absence de sollicitation.

Métalisme : réactions aux implants et prothèses.

Dénanite : dysfonctionnement des nanomédicaments.

Géneffé : pathologie consécutive à une thérapie génique.

Cryogénisme : trouble de l’intégration après cryogénisation.

Éternite : dépression de la longévité.

Coudinite : tendinite du cou due à des mouvements répétés de consultation d’écrans.

Epichronicité : affaiblissement dû à la multiplication des épidémies infectieuses.

Pollucondrie : Maladies provoquées diverses pollutions.

Virtualisme : troubles déficitaires de réels.

Poidologue : expert ou thérapeute spécialisé dans la mise en place de systèmes détectant et limitant l’obésité.

Augmentalisme : psychoses liées à l’impression de ne pas être assez augmenté.

 

De nombreuses maladies seront plus physiques mais mentales. Bien que nous soyons en train de pouvoir soigner complètement les maladies physiques, nous sommes néanmoins complètement désemparés devant les maladies mentales.

 

blog - article - wan2bee - blog.wan2bee - robot - robotisation - machine - automatisation - médecine - médecin - docteur - hôpital - santé - futur - futuriste - chirurgie - chirurgien - imprimante 3D - maladie - digitalisation - digital - numérique - évolution - expérience - recherche - maddykeynote - maddyness - maddy keynote - 2084 - data - bien-être - souffrance - souffrir - peur - mort - mourir - esthétique - pillules - médicaments - prescription - infirmière - remède - métier - recrutement

La peur de la mort

Depuis la nuit des temps, la mort fascine autant qu’elle terrorise.

Immuable, elle est pourtant le fantasme et combat de certains puissants hommes et entreprises de ce monde.

Mais cet objectif n’est pas nouveau.

Religions, mythes ésotériques ou encore alchimie, tous ont eut un écho à notre histoire mais aucun n’avait la crédibilité et le pragmatisme de Google et autres transhumanistes et chercheurs.

Mais alors comment ? Comment les scientifiques envisagent concrètement de nous rendre immortels, et par quel moyen compte-t-ils y parvenir ?

 

Il vaut mieux prévenir que guérir…

Par la prévention, tuer la maladie avant qu’elle n’arrive.

Quelques entreprises sont entrain de travailler sur un outil ultra performant et simple permettant de montrer en quelques secondes l’état de santé du patient.

Quant à Google, il travail sur un nanodiagnostic. Comment ça marche ? On fait circuler dans le sang des particules nanoscopiques qui mesurent les changements biochimiques annonciateurs d’une tumeur, d’une crise cardiaque ou encore d’un AVC.

Dans moins d’une dizaine d’années, des nanorobots seront envoyés dans votre sang, nageront dedans et diffuserons de manière ciblée des traitements contre des cellules cancéreuses.

Les cellules souches permettront la régénération d’organes et seront capables d’apporter n’importe quel type de cellules au cerveau.

Et puis il y a le futur, ce qui fera de nous des Hommes améliorés.

 

Einsteins ? 140 de QI ? C’était un sot.

Porteurs de belles promesses, les implants pourront par exemple, refaire marcher des patients paralysés, des personnes handicapés pourront retrouver leur autonomie.

Mais ce n’est pas tout, nos facultés seront augmentées : intelligence, capacités physiques et physiologiques.

 

Connectés, on peut néanmoins être craintifs concernant notre libre arbitre.  Quid du piratage, quel serait l’impact du contrôle de l’implant par une personne mal-intentionnée ? Cela ne va pas t’il nous rendre dépendants ?

On le sait, l’Homme aime voir toujours plus loin et aller toujours plus haut.

La performance et la comparaison ne créent-elles pas de graves frustrations ?

Avec ces dernières, les inégalités n’auront jamais été aussi grandes. Clairement nous n’aurons pas les mêmes armes.

 

Aurons-nous encore le droit de mourir ? Bien sûr nous dramatisons mais tous les scénarios sont encore possibles et dans le fond, c’est ce qui est excitant.

 

Quelques métiers liés à ce secteur :

 

|

|

Immortaliseur

Chercheur en allongement de la durée de vie (examinent les processus biologiques de vieillissement naturel et tentent de trouver les moyens d’arrêter cette mécanique infernale)

|

|

Euthanalogue

Travailleur social assurant la gestion des demandes d’euthanasie

 

Conclusion

La médecine a depuis toujours été confrontée de plein fouet à la morale et la justice.

Dans le passé, de grands chercheurs furent traités d’hérétiques quand leurs avancées nous paraissent aujourd’hui évidentes. Est-ce le cas pour celles d’aujourd’hui ?

 

Le secteur de la santé est comme tous les autres domaines, il avance en lien avec son époque. Le monde change, c’est une certitude, et comme toutes les évolutions nous apprendrons à les canaliser avec toutes les dérives que cela comporte.


La Maddykeynote 2019 ne nous a, certes, pas donné de réponses concrètes, mais a permis de nous pencher sur bons nombres de questions pertinentes.

Celles qui nous brûlent les doigts et qui, nous en sommes certains, vous ont démangées aussi sont :
Quel avenir pour le travail de médecin ?
Ils sont, pour l’instant, irremplaçables et en sous-effectifs, mais pour combien de temps ?
Avec de telles avancées et à une telle vitesse, les médecins ne sont-ils pas en train de devenir les assistants personnels ou les infirmières de nos machines ?


En effet, en dehors de tout égo humain, pourquoi la machine ne prendrait pas en charge toutes les opérations techniques, les consultations, si elle le fait mieux et plus vite que l’Homme ?
Pourquoi ne prescrirait-elle pas les doses des médicaments si elle perçoit mieux les besoins du patient ?
L’IA ne remplacera pas l'empathie, les émotions et les besoins d'échanges et d’accompagnements du patient.

 

Finalement, n’est-ce pas mieux que le médecin se concentre sur le plus important : l’humain ?

 

Références :

Site des activités testées à la Maddy-keynote :

Capsix-robotics.com - Liberty-rider.com - Exosquelette.tech - Nap-and-up.com - Myreve.fr

 

Reffs de l'article :

Lasantededemain.com - Lasantededemain.com - Capital.fr - Sciencesetavenir.fr - Frcneurodon.org

Newstoprotect.axa - Lepoint.fr

 

Tu souhaites découvrir le top 3 des conférences de la MaddyKeynote 2019 sur la thématique : une journée en 2084 ? Viens lire notre article ci-dessous !

 

blog - article - wan2bee - blog.wan2bee - robot - robotisation - machine - automatisation - médecine - médecin - docteur - hôpital - santé - futur - futuriste - chirurgie - chirurgien - imprimante 3D - maladie - digitalisation - digital - numérique - évolution - expérience - recherche - maddykeynote - maddyness - maddy keynote - 2084 - data - bien-être - souffrance - souffrir - peur - mort - mourir - esthétique - pillules - médicaments - prescription - infirmière - remède - métier - recrutement

MaddyKeynote : Une journée en 2084

 

@Wan2bee / @Images : Shutterstock / Wan2bee

 

Tendance
| 18 février 2019| By Wan2bee

Laisse un commentaire

    CONSEIL DU JOUR

    NEWSLETTER